Coallia Donner les moyens de l'autonomie, meilleur chemin vers l'insertion

Accueil > Recherche

Recherche

L'hébergement social

  • Centres d'hébergement et de réinsertion sociale
  • Centres d'accueil pour demandeurs d'asile
  • Plateformes d'accueil pour demandeurs d'asile
  • Centres d'accueil d'urgence
  • Centres d'accueil et d'orientation pour primo-arrivants
  • Centres provisoires d'hébergement (pour réfugiés)
  • Intermédiation locative

Depuis sa création en 1962, Coallia n’a cessé d’évoluer. 

  • Près de 3 000 salariés 
  • Plus de 280 sites

  • Présence dans 12 régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Grand Est, Hauts-de-France, Île-de-France, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Pays-de-la-Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur.
  • Et dans 32 départements : Aisne, Aube, Côte-d’Or, Côtes-d’Armor, Finistère, Gard, Haute-Alpes, Ille-et-Vilaine, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Manche, Nièvre, Oise, Orne, Pas-de-Calais, Paris, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Yonne, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Vaucluse, Vienne.

 

Les 4 pôles de Coallia à la loupe

Logement accompagné : pour l’insertion des publics fragilisés

  • 391 places en pensions de famille
  • 6 211 places en FTM
  • 11 241 logements en résidences sociales
  • 484 logements destinés aux jeunes
  • 73 logements locatifs.

- Hébergement social : pour l’accueil des demandeurs d’asile, des réfugiés et traiter les situations d’urgence

6443 places pour les demandeurs d’asile et réfugiés : 

  • 46 Centres d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA)
  • 16 HUDA
  • 5 ATSA
  • 9 CHU migrants
  • 10 Plateformes d'accueil pour demandeurs d'asile (PADA) 
  • 26 Centres d’Accueil et d’ Orientation (CAO)
  • 5 Centres Provisoires d’Hébergement (CPH)

549 places dans les dispositifs de droit commun : 

  • Insertion et stabilisation
  • Urgence droit commun

- Accompagnement social : accompagner pour favoriser l’insertion

  • Accès à l’autonomie
  • Insertion sociale et professionnelle
  • Intégration
  • Accompagnement social lié au logement
  • Accompagnement vers et dans le logement (AVDL)
  • Prévention santé (accès aux soins, dépistage, bien vieillir)
  • 786 ménages suivis dans le cadre de l’intermédiation locative

-  Médico-social : parce que personnes agées et personnes handicapées doivent bénéficier de la plus grande autonomie possible

  • 18 établissements d’accueil pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)
  • 3 établissements pour personnes âgées autonomes (EHPA)
  • 3 accueils de jour Alzheimer
  • 1 accueil de jour handicap
  • 1 Service de soins à domicile (SSIAD) de 25 places
  • 3 services d'accompagnement à la vie sociale pour personnes présentant un handicap psychique ou mental (SAVS)
  • 3 services d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (Samsah)  
  • 5 foyers d’accueil médicalisé dont 1 pour adultes handicapés vieillissants et 1 pour sourdaveugles
  • 3 foyers de vie
  • 3 maisons d'accueil spécialisé pour personnes polyhandicapées atteinte de pathologie psychiatriques (MAS)
  • 1 institut médico-éducatif (IME)
  • 1 établissement d'aide par le travail (ESAT)
  • 1 foyer pour personnes travaillant en Esat
  • 2 structures Lits halte soins santé (grande exclusion) 
  • 3 groupes d'entraide mutuelle 

La thérapie par le sport dans les centres médico-sociaux

Du surf à la maison d'accueil spécialisée de Léhon

A la maison d'accueil spécialisé de Léhon (Côtes-d'Armor), des personnes lourdement handicapées peuvent bénéficier d'un atelier surf. Une parenthèse d'évasion et de bien-être pour ces personnes qui ont des difficultés à vivre leur corps.

Notre offre en direction des jeunes

Centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), Résidences pour jeunes actifs, Foyers de jeunes travailleurs, notre offre se diversifie pour accueillir et accompagner les 18-30 ans au plus près de leurs besoins pour l'insertion, vers l'autonomie. Plus de détails en cliquant ici

 

- Orientation professionnelle, découverte des métiers et médiation à l’emploi, dans des approches collectives ou individuelles
* Programme régional d’insertion
* Prestations ANPE
* Accompagnement des personnes en CAE
* Accompagnement vers l’emploi et la formation de détenus des établissements de Beauvais, Compiègne et Liancourt

- Pré-qualification, préparation à la qualification dans les secteurs du bâtiment, transport de marchandises, vente et logistique
* Programme régional de qualification
* Chantiers d’insertion

- Accompagnement social, en suivi individuel ou collectif
* Pour les résidents des centres d’hébergement Coallia
* Mesures A.S.I.
* Accompagnement social des bénéficiaires du R.M.I.
* Chantier d’utilité sociale

 

ARRCO (ASSOCIATION DES REGIMES DE RETRAITE COMPLEMENTAIRE)

L'Association des Régimes de Retraites Complémentaires (ARRCO) est l'organisme de tutelle des caisses de retraite complémentaire des salariés non cadres.
L'ARRCO, conformément à l'accord du 8 Décembre 1961, a pour mission la ccordination administrative qui se traduit par :

  • l'harmonisation de la réglementation : harmonisation des règles concernant les périodes prises en compte pour le calcul des droits à la retraite,
  • la création d'un centre informatique national qui a pour objectif "la reconstitution de carrière des adhérents", en liaison avec la CNAVTS et les centres informatiques des ASSEDIC,
  • les CICAS (Centres d'Information et de Coordination de l'Action sociale) : information sur les droits à la retraite, aide à la constitution des dossiers des retraités ou des ayants-droit, la ccordination des activités sociales des institutions (aide ménagère, amélioration du logement, établissements pour personnes âgées..)

En matière d'action sociale, les orientations prioritaires de l'ARRCO sont les suivantes :

  • le maintien à domicile pour permettre aux personnes âgées, en perte d'autonomie, de contituer à vivre à leur domicile dans de bonnes conditions,
  • une politique de création de structures d'accueil adaptées à la perte d'autonomie et à la grande dépendance.

1975

Avec la chute de Phnom Penh et de Saïgon, et 2 ans après l’arrivée des réfugiés latino-américains du Brésil et du Chili, la France accueille les réfugiés du Sud-Est Asiatique de l’ancienne Indochine. L’ex-Aftam répond à l’appel du gouvernement et ouvre ses premières unités d’accueil pour réfugiés reconnus sous protection internationale. Aujourd’hui, Coallia gère 27 Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (« C.A.D.A. ») et 5 Centres pour réfugiés politiques (« C.P.H. »), de tous pays et de toutes origines, mettant en oeuvre une réponse à ceux qui, persécutés, «ont droit d’asile sur le territoire de la République ».

Les années 80

Tout en maintenant son activité d’hébergement de migrants, l’Aftam  aujourd'hui Coallia s’ouvre aussi à l’accueil des populations marginalisées, exclues du marché de l’emploi, sans ressources ou sans logement. Elle ouvre des Centres d’hébergement et de réadaptation sociale («C.H.R.S.») ; mais surtout, par la formation, elle touche les publics de bas niveau de qualification et passe de 700 000 heures stagiaires à 1 600 000 heures par an. Plus de 100 formateurs aident les personnes démunies à réintégrer la vie active.

Cette activité sociale va encore se développer et se diversifier, en s’appuyant sur les partenaires associatifs locaux et les collectivités territoriales, surtout dans les autres régions, hors Ile-de-France, où l’Aftam est implantée.

Ouverture d'un établissement spécialisé dans l'accompagnement de l'Azheimer

 

Ouvert depuis le 1er juillet 2013, dans l’enceinte de l’Ehpad Annie Girardot, l’établissement accueille des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés. Le service peut recevoir en journée, du lundi au vendredi, 20 personnes âgées de 60 ans et plus vivant à domicile. Cet accueil de jour constitue une alternative à l’entrée en établissement spécialisé et permet grâce au concours d’une équipe de professionnels de santé de développer ou maintenir les acquis et l'autonomie des personnes et de préserver leur vie sociale tout en offrant aux « aidants » (famille, proches) un répit dans la prise en charge du patient.

Si les personnes accueillies au sein de la structure suivent généralement un traitement médical, l’accueil de jour La Vie en mauve, propose en parallèle une approche thérapeutique originale, axée sur l’art-thérapie.

Véritable service public de proximité, la mise en oeuvre de ce dispositif n’est rendue possible que par le concours et l’implication de la Ville de Paris et l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France.

Enjeu majeur de santé publique, la maladie d’Alzheimer touche 3 millions de Français dont plus de 850 000 personnes malades. Près de 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année*. Avec l’ouverture de ce premier centre parisien, Coallia, déjà gestionnaire de plusieurs établissements d’accueil de personnes âgées et de 2 centres similaires, réaffirme son engagement dans le soutien et l’accompagnement des personnes atteintes de maladie de type Alzheimer et de leurs proches.

 

*Chiffres France Alzheimer

 

Coallia obtient le Label "Français langue d'intégration"

 

Le Français langue d’intégration (FLI) définit le champ de l’enseignement et de l’apprentissage du français pour les adultes migrants en France. Coallia, à travers l’obtention du Label FLI réaffirme son engagement dans cette démarche pédagogique spécifique.

Coallia a obtenu pour son centre de formation à Ivry-sur-Seine(94) son premier label « Français langue d’intégration ». Cette distinction lui a été remise par Frédéric Mitterrand, alors Ministre de la Culture. 

Ce sont les centres de Boulogne(92), Trappes (78) et Beccaria à Paris qui ont à leur tour été labellisés. Plusieurs critères définissent le public relevant du FLI : les personnes doivent être en situation d’immersion linguistique dans la société d’accueil et projeter de s’installer durablement en France.

Toutefois, l’apprentissage du français langue  d’intégration s’adresse à un public hétérogène, dans le sens où le mode d’apprentissage est ouvert et accessible à des personnes parfois peu ou non scolarisées dans leurs pays d’origine.

Le FLI est donc la langue grâce à laquelle et par laquelle les migrants vont s’intégrer d’un point de vue social, économique et citoyen. Le français, au début langue étrangère, doit devenir la langue première des migrants

 

La formation : une vocation


Depuis  50 ans, Coallia veille à la promotion sociale des individus en proposant un catalogue de formations destinées à des personnes peu qualifiées ou en recherche d’emploi. Près de 80 formateurs les accompagnent dans leur parcours dans des domaines variés. Linguistique, remise à niveau ou même, entre autres, assistance maternelle… L’objectif étant de rendre la formation accessible à tous.